Mis à jour le
24.03.2013

Jean-Pierre Elkabbach : un journaliste qui sait se taire

Une émission de Michel Drucker recevait récemment Jean-Pierre Elkabbach et, inévitablement, fut rappelé le fameux "Taisez-vous Elkabbach !" de Georges Marchais. Pour moi, comme un déclic, cette formule me reporte chaque fois plus de quarante ans en arrière.

Il ne m'en voudra pas d'évoquer ici ce moment qui rappelle notre âge.

Dans un hélicoptère militaire transportant le ministre dont j'étais le jeune chef de cabinet, quelque part entre Alger et M'sila, sans doute près de Melouza, un lieu dramatiquement célèbre, comme nous eûmes à en visiter tant d'autres, je m'inquiétais - c'était mon rôle - du silence de ce journaliste stagiaire que Radio-Algérie avait désigné pour couvrir le voyage. Au fond de l'appareil, il restait plongé dans la lecture du livre qu'il avait emporté dans la sacoche de son outil de travail, mais à vrai dire, tout au long de la journée, je l'avais trouvé peu communicatif. Il paraissait peu intéressé. Convenez que cela pouvait m'alarmer pour le reportage attendu de lui, le soir, sur les antennes d'Alger !

De fait, de retour au Palais d'Eté, j'eus la surprise d'entendre au journal parlé de 20 heures, la meilleure relation que nous pouvions souhaiter, complète, avec assez d'images sonores, mais surtout un commentaire relevant le sens de la visite ministérielle, sobrement, et pourtant humain, allant droit au cœur de l'auditeur.

Il s'était pourtant un peu livré à moi en me disant qu'il venait d'Oran, et il m'avait montré la couverture de son livre : Camus. Le prix Nobel allait périr dans un accident de la route quelques semaines plus tard. Ce livre, je ne me souviens plus, cela aurait pu être L'Etranger, mais c'était peut-être La Peste ou encore L'Homme révolté, ces titres qui ont marqué mes propres études algéroises..

[30.04.2004]

Haut de page
Accueil | Qui est Roger Benmebarek ? | Billets d'humeur | Pour la Mémoire ATM | Les Cahiers de la Mémoire | Contact
Conception 2007 - VBDLDESIGN